Accueil » Attractivité pays

Attractivité comparée des pays couverts par l’Observatoire

 

1- Indicateur composite d’attractivité de l’Observatoire Europe-Afrique 2020  

 1a: Indicateur composite global 

1b:Détail des composantes de l’indicateur global



2- Indicateurs d’attractivité publiés par d’autres sources

2a: Global Competitiveness Index (Forum Economique Mondial) 

2b: Global Entrepreneurship Index (Global Entrepreneurship and Development Institute)

2c: Africa Attractiveness Index (Ernst & Young) 

2d: Evolution de l’indice “Ease of Doing Business” – Période 2015-2017 (World Economic Forum) 

2e: Indicateur de développement humain: situation actuelle (PNUD) 

2g: Degré de prospérité (Legatum Institute) 

2h: Global services location index (A.T Kearney)

2i: Pays qui attirent le plus les investissements directs étrangers (A.T Kearney)

2j: Africa Investment Index (Quantum Global) 

2k: Where to invest in Africa (Rand Merchant Bank – Afrique du sud) 

3- Comparatif des indicateurs analysés  





1-Indicateur composite d’attractivité de l’Observatoire Europe-Afrique 2020

1a: Indicateur composite global

Maurice s’affirme comme le pays ayant la meilleure attractivité globale parmi les 15 pays africains couverts par l’Observatoire. L’Afrique du sud, l’Ethiopie, le Maroc, l’Egypte, le Kenya et la Namibie atteignent également un niveau d’attractivité satisfaisant. Le Nigéria est le pays le moins attractif.

Sources: Compilation de plusieurs sources par l’Observatoire Europe-Afrique 2020.

Date de dernière mise à jour de la carte: Novembre 2017.
Note: Sept indicateurs ont été combinés pour évaluer l‘attractivité de chaque pays: l’environnement politique, l’environnement institutionnel, la prévision de croissance du PNB à moyen-terme, le coût et la qualité de la main d’oeuvre, la qualité et le prix de la fourniture d’énergie électrique, l’efficacité des transports et la performance des zones franches.

Echelle de notation couleurs


1b: Détail des composantes de l’indicateur global

Sources: Compilation de plusieurs sources par l’Observatoire Europe-Afrique 2020

Date de dernière mise à jour du tableau: Novembre 2017
Echelle de notation couleurs




2- Indicateurs d’attractivité publiés par d’autres sources

 

2a: Global Competitiveness Index (Forum économique mondial)

Parmi les 15 pays africains analysés, l‘Afrique du sud, le Maroc et Maurice font les meilleurs scores. Néanmoins, même Maurice, pays le mieux classé, se situe à un niveau de compétitivité nettement inférieur à celui de la Chine. Le “Global Competitiveness Index” souligne la compétitivité particulièrement faible du Bénin, du Cameroun et de l’Ethiopie. Les scores ont peu évolué entre 2017 et 2018. L’Afrique du sud et le Nigéria ont vu leur score régresser.

 

 

Source: World Economic Forum.

Note: Le Forum économique mondial a modifié la méthodologie en 2018. Les données des années précédentes ont été recalculées selon la nouvelle méthodologie. La justification et les détails de ce changement méthodologique sont explicités au lien suivant:

  • Nouvelle méthodologie 
  • La Côte d’Ivoire n’est pas notée pour l’année 2017, du fait de l’absence de données fiables.

Date de dernière mise à jour du tableau: Octobre2018.

Echelle de notation couleurs


2b: Global Entrepreneurship Index (Global Entrepreneurship and Development Institute / GEDI)

Le GEDI classe l’Afrique du sud, la Namibie et la Tunisie en tête des pays où l’environnement est le plus propice au développement de l’entreprenariat. Dans ces trois pays, la qualité de l’environnement est du même ordre qu’en Chine et nettement meilleure qu’en Inde et au Vietnam. Ce classement doit toutefois être relativisé si l’on s’inscrit dans une perspective mondiale, le pays africain le mieux placé (la Tunisie) ne se situant qu’au 40ème rang mondial.

Source: GEDI (Global Entrepreneurship and Development Institute – Washington DC). L’institut a été fondé par des membres de la LSE (Londres), de l’Université George Mason, de l’Université de Pécs et de l’Imperial College (Londres)

Note: Le “Global Entrepreneurship Index 2017″ porte sur 137 pays.

Date de dernière mise à jour du graphique: Décembre 2017.

Echelle de notation couleurs


2c: Africa Attractiveness Index (Ernst & Young)

L’Afrique du Sud reste en 2017 le pays qui concentre le nombre le plus élevé d’investissements directs étrangers en Afrique (13%). Sa part relative a toutefois fortement diminuée, au profit principalement du Maroc, du Kenya, du Nigéria et de l’Ethiopie. En termes de nombres d’emplois, le Maroc détient la première place, avec 21% des IDE totaux du continent. 

 “Top 15 countries by FDI projects”

Source: Analysis based on IBM database, 2017; fDi Markets – “Turning Tides – EU attractiveness – Africa 2018″

Date de dernière mise à jour du tableau: Novembre 2018

 

2d: Indice “Ease of doing Business” – Evolution sur la période 2014-2017 – (Banque Mondiale)

En 2017, 10 des 15 pays africains couverts par l’Observatoire ont amélioré leur score par rapport à 2016. Le Kenya, Maurice et le Nigéria affichent les progressions les plus sensibles.  Sur la période 2014-2017, les meilleures progressions sont enregistrées par la Côte d’Ivoire, le Maroc, Maurice et le Sénégal. Sur cette période, la Chine, l’Inde et le Vietnam ont nettement amélioré leurs scores.

 

Source: World Economic Forum.

Date de dernière mise à jour du graphique: Novembre 2017

Echelle de notation couleurs


2e:Indice de développement humain (PNUD)

L’indice de développement humain révèle des situations fortement contrastées. L’Afrique du sud, l’Algérie, l’Egypte, Maurice, la Namibie et la Tunisie affichent des indices comparables à ceux de la Chine et de l’Inde, tandis que le Bénin, le Cameroun, la Côte d’ivoire, l’Ethiopie, le Nigéria et le Sénégal sont dans la catégorie des pays à développement humain “faible”.

Source: PNUD

Nota: L’index du développement humain prend en compte 3 critères: L’espérance de vie à la naissance, le nombre d’années de scolarité et le PNB par habitant.

Date de dernière mise à jour du graphique: Septembre 2018

Echelle de notation couleurs

 

2g: Degré de prospérité (Legatum Institute)

Maurice et l’Afrique du sud atteignent le meilleur score de tous les pays d’Afrique.

Degré de prospérité – Afrique du nord

 

Degré de prospérité – Afrique subsaharienne

Source: The Africa Prosperity Report 2018 – Legatum Institute.

Date de dernière mise à jour de la carte: Septembre 2018.

Note: L’indice de prospérité est basé sur le croisement des huit critères suivants: Economy, Entrepreneurship and Opportunity, Governance, Education, Health, Safety and Security, Personnal Freedom, Social Capital.

 

2h: Global services location index (AT Kearney)

L’Egypte se classe au 14e rang mondial en matière d’attractivité pour les services “offshore” (technologies de l’information, externalisation des processus métier et services vocaux). Au total, 8 pays africains parmi les 15 couverts par l’Observatoire se trouvent dans le classement AT Kearney des 55 pays du monde les plus attractifs dans ce domaine.

 

Le principal point faible de la plupart des pays africains classés dans le palmarès AT.Kearney réside dans le manque de qualification et de disponibilité de la main d’oeuvre.

 

Source: 2017 A.T. Kearney Global Services Location Index – “The Widening Impact of Automation”.

Les nombres entre parenthèses correspondent au rang dans le classement des 55 pays.

Remarques méthodologiques: L’indice de localisation des services mondiaux d’AT Kearney™ (GSLI) vise à aider les entreprises dans leur décision d’implanter des opérations “offshore”. Le GSLI suit 55 pays dans trois grandes catégories: l’attractivité financière, les compétences et la disponibilité des personnes, et l’environnement des affaires. Sur la base d’une évaluation de 25 mesures, sont identifiés les pays qui possèdent les fondamentaux les plus solides pour fournir potentiellement des technologies de l’information, l’externalisation des processus métier et les services vocaux. L’attractivité a été déterminée à partir des réponses aux enquêtes A.T Kearney, d’autres questionnaires de l’industrie et les connaissances obtenues dans les engagements de clients au cours des cinq dernières années. Les pondérations relatives de chaque métrique sont basées sur leur importance pour la décision de localisation, dérivée de l’expérience du client et des enquêtes de l’industrie. Étant donné que l’avantage des coûts est généralement le principal moteur des décisions de localisation, les facteurs financiers constituent 40% du poids total dans l’indice publié. Les deux catégories restantes: les compétences et la disponibilité des personnes, et l’environnement des entreprises, représentent chacune 30% du poids total.

.

2i: Pays qui attirent le plus les investissements directs étrangers (A.T Kearney)

Parmi les 15 pays africains couverts par l’Observatoire, ceux qui reçoivent les flux les plus élevés d’IDE sont, par ordre décroissant, l’Afrique du sud, le Maroc, l’Egypte, le Nigéria et le Kenya.

 

Source: fDI Markets.

 

2j: Africa Investment Index (Quantum Global)

Selon Quantum Global, le Maroc, l’Egypte et l’Algérie présentent la meilleure attractivité pour les investisseurs à moyen/long-terme. L’indice s’est fortement dégradé en Afrique du sud, Bénin, Maurice et Namibie.

Source: Africa Investment Index 2018 – Quantum Global Research Lab. – Mars 2018.
Date de dernière mise à jour du graphique: Mars 2018
Remarques:
Plus l’indice est faible, meilleure est l’attractivité à court/moyen-terme du pays.
– Le nombre à coté du nom de chaque pays correspond à son classement 2018.
– Le pays ayant 1er rang dans le classement 2018 est le Maroc (16,25). Le pays ayant 54ème rang dans le classement 2016 est la Rép. Centrafricaine (39,1). (ce pays est hors du champ des pays couverts par l’Observatoire).

 

2k: Where to invest in Africa 2018: Classement “Top 10” (Rand Merchant Bank – Afrique du sud)

C’est l’Égypte qui devient cette année le pays le plus économiquement “attrayant” du continent, à la place de l’Afrique du sud. Deux poids lourds de l’économie africaine, le Nigéria et l’Algérie, sont sortis du “top 10”.  Ces deux pays dont les économies reposent sur les hydrocarbures sont durement affectés par la chute des cours du baril de pétrole.

Source: Rand Merchant Bank.

Date de dernière mise à jour de la carte: Novembre 2017.

Note: Pour établir son classement, Rand Merchant Bank s’appuie sur une batterie de critères, dont le PIB réel, les prévisions de croissance et l’environnement des affaires. Les sources utilisées sont les données du classement “Doing business” de la Banque mondiale, de l’indice de liberté économique de la Fondation Heritage et du Call Street Journal, du classement sur la compétitivité mondiale des économies de World Economic forum (WEF) et de l’indice de perception de la corruption de Transparency International. L’introduction du poids du PIB réel dans l’établissement du classement fait que certains pays habitués à truster les premiers rangs en termes d’attractivité au niveau du continent ne figurent pas dans le Top 10 des pays où il faut investir en 2018. C’est le cas notamment de l’île Maurice, du Botswana et de la Namibie, des pays considérés comme des modèles en matière d’environnement des affaires.

 

3- Comparatif des indicateurs publiés par des sources externes à l’Observatoire

Le tableau ci-dessous compare huit indicateurs d’attractivité publiés par des sources extérieures à l’Observatoire. Seuls l’Afrique du sud et Maurice obtiennent des scores assez satisfaisants sur l’ensemble des indicateurs. A contrario, le Bénin, le Cameroun et le Nigéria apparaissent globalement peu attractifs. 

 

Sources: Voir les têtes de colonnes du tableau.

Date de dernière mise à jour du tableau: Janvier 2018.

Note: Les indicateurs situés dans les trois colonnes de droite sont séparés du reste du tableau car leur champ géographique se limite aux pays d’Afrique. Ils permettent par conséquent de comparer les pays d’Afrique entre eux mais pas de situer ces pays “en relatif” par rapport à l’ensemble des pays du monde. 

 



Les fiches, tableaux et graphiques contenus dans le  présent site internet et dont la source est mentionnée « Compilation de plusieurs sources par l’Observatoire Europe-Afrique 2020 » peuvent être citées ou reproduites, sous réserve qu’il soit fait mention de la source et qu’un exemplaire de la publication ou du site internet où sera reproduit l’extrait cité soit communiqué à info-observatoire-europe-afrique.org