Accueil » Points de vue » Etudes de cas (liste)

Etudes de cas

 

Les études de cas listées ci-dessous ont été réalisées par l’Observatoire Europe-Afrique 2030, sur la base d’analyses bibliographiques, de dires d’experts et de l’exploitation de données statistiques. 

Accéder au contenu complet des études de cas  

 

Résumés des études de cas

Etude de cas n°1: Partenariats industriels en Ethiopie: Risques et opportunités

Au cours des trois dernières années, plusieurs entreprises européennes et asiatiques ont réalisé des investissements industriels en Ethiopie ou passé des accords avec des sous-traitants éthiopiens afin d’exporter leur production vers des pays émergents ou industrialisés. Les secteurs dans lesquels ces entreprises étrangères ont investi ont pour dénominateur commun de valoriser les débouchés d’origine agricole (fleurs, vins) ou issus de l’élevage (cuir, textiles). Sur la base d’exemples concrets, l’étude de cas analyse les facteurs d’attractivité qui ont contribué à ces investissements.



Etude de cas n°2: Quelle est la part des “coûts invisibles” dans les coûts de production en Afrique? 

Les coûts invisibles correspondent aux pertes subies par les entreprises en conséquence de la mauvaise qualité de l’environnement des affaires. Il s’agit principalement des pertes causées par les exigences des banques lors des procédures de prêts, des conséquences du manque de fiabilité des infrastructures, des excès de la réglementation (contraintes à l’embauche, au licenciement), de la corruption et des problèmes de sécurité. L’étude de cas présente une analyse détaillée des coûts « invisibles » auxquels sont confrontées les entreprises qui opèrent en Afrique, ainsi qu’une comparaison de ces coûts invisibles avec les autres régions du monde.


Etude de cas n°3: Quel est l’impact du transport maritime sur les émissions de gaz à effet de serre et de polluants?

Les trafics maritimes, principalement de conteneurs, liés aux importations de produits fabriqués en Asie et importés en Europe, engendrent des émissions très importantes de gaz à effet de serre et de polluants. L’objet de cette étude de cas est d’évaluer l’impact que produirait la relocalisation vers l’Afrique d’une partie de ces trafics, sur les émissions de gaz à effet de serre et de polluants.

 

Etude de cas n°4: Coût et efficacité du passage portuaire dans les ports africains 

Cette étude de cas analyse l’évolution des organisations, de la productivité et des coûts de passage portuaire dans 29 ports maritimes d’Afrique depuis le début des années 2000 . Elle s’appuie sur des analyses et comparaisons récentes avec les autres ports mondiaux. Elle décrit également  les principaux déterminants d’évolution ainsi que les perspectives d’évolution à court/moyen-terme.

 

Etude de cas n°5: Analyse d’un échantillon de 15 zones économiques spéciales en Afrique

15 zones économiques spéciales situées dans 9 pays africains sont analysées et comparées dans la présente étude de cas. Ces zones ont été sélectionnées du fait de leur diversité en termes d’âge, de degré de réussite, de taille…. Elles apportent une vision qualitative de l’état des ZES en Afrique, de leurs forces et de leurs faiblesses. L’objectif principal de cette analyse est de mettre en évidence les facteurs clés qui conditionnent la réussite d’une zone économique donnée et, à contrario, de comprendre les raisons des difficultés que rencontrent certaines d’entre elles.


Etude de cas n°6:  

Les conditions sont-elles propices au développement d’activités manufacturières dans certains pays africains ?

 Cette étude de cas présente une synthèse en français de trois rapports récents (un en langue française, deux en langue anglaise):

  • Le premier, publié par l’ICTSD (International Centre for Trade and Sustainable Development) dresse le constat de la faiblesse des exportations de produits manufacturés dans la plupart des pays africains et du retard pris dans ce domaine par rapport aux pays d’Asie au cours de la période 2000-2015.
  • Le second, publié par le FMI, analyse l’ampleur et la rapidité de la transformation structurelle de la production, de l’emploi et de la productivité dans plus de 30 pays d’Afrique subsaharienne à revenus faibles et intermédiaires au cours de la dernière décennie, puis compare plusieurs pays africains à forte croissance à plusieurs économies asiatiques à bas coûts (Vietnam, Cambodge, Bangladesh).
  • Le troisième, publié par le “Centre for Global Development” (Washington D.C) analyse et compare les coûts du travail dans une série de pays à revenus faibles et moyens, en Afrique et dans le reste du monde, avec l’objectif de déterminer si certains pays africains sont capables de développer des activités manufacturières à une échelle significative.
  • L’étude de cas est complétée par une synthèse des points saillants des trois documents.

Etude de cas n°7: Promouvoir le développement de pôles manufacturiers à vocation exportatrice en Afrique subsaharienne.

Cette étude de cas est présentée en 2 documents distincts:

  1. “Un objectif géostratégique”: Le développement de pôles manufacturiers exportateurs en Afrique subsaharienne est un objectif « gagnant-gagnant » pour les économies africaines, pour les entreprises françaises et pour la planète.
  2. “Proposition pour un nouvel outil financier incitatif” : Quelles contraintes les entreprises européennes ont-elles à surmonter si elles investissent dans ces pays? Sur quels leviers de compétitivité un futur mécanisme incitatif d’aide à l’investissement devrait-il agir en priorité ? Principales composantes du mécanisme incitatif proposé.

 Etude de cas n°8: Dans plusieurs pays africains, les coûts invisibles constituent plus que jamais un obstacle aux investissements privés 

L’Observatoire Europe-Afrique 2020 a analysé l’évolution de cinq indicateurs représentatifs des coûts invisibles sur la période 2010-2017, dans une quinzaine de pays africains sélectionnés du fait de leur potentiel de développement élevé. L’objectif est de mieux comprendre dans quelle mesure les investissements massifs réalisés dans l’énergie et les transports, ainsi que les réformes institutionnelles ont permis d’améliorer la situation en termes de coûts invisibles supportés par les entreprises.

 

Etude de cas n°9Retours d’expérience sur le développement des zones économiques spéciales en Afrique subsaharienne. 

Le CARI (China-Africa Research Initiative – Johns Hopkins University – Washington D.C) a publié début 2019 les résultats de deux études de terrain visant à approfondir la compréhension du développement des zones économiques spéciales (ZES) en Ethiopie. La première comparel’Éthiopie et le Vietnam dans leurs phases respectives de création de ZES, afin de comprendre quelles leçons ils ont tiré de l’expérience antérieure des pays d’Asie de l’Est (Chine et Taiwan). La seconde apporte un éclairage sur l’efficacité des transferts de savoir-faire résultant des investissements chinois dans le secteur manufacturier éthiopien. L’étude de cas présente un résumé en français de chacune des deux études, les textes originaux complets en anglais ainsi que le blog publié en avril 2019.

 

Etude de cas n°10: Les économies africaines pourront-elles supporter le fardeau croissant des externalités?  Les pays africains seront confrontés dans les 20 prochaines années à des externalités négatives croissantes, en premier lieu à la pollution générée par le secteur des transports. Cela aura inévitablement un impact défavorable sur le revenu net par habitant. Outre les transports, plusieurs autres externalités auront un impact négatif : diminution de la réserve halieutique, appauvrissement de la biodiversité, déficit de la ressource hydrique, réduction des surfaces de terres arables, augmentation de la pollution industrielle. Il est urgent de mettre en œuvre des politiques qui permettraient d’apporter une réponse, même partielle, au défi posé par les coûts externes.

 

Etude de cas n°11Mettre en place des modèles de développement du secteur manufacturier qui respectent les objectifs de développement durable. Le développement du secteur manufacturier dans les pays africains n’est pas soutenable s’il demeure aveugle aux contraintes environnementales et démographiques auxquelles ces pays font face. La présente étude de cas expose l’intensité des contraintes “Développement durable” auxquelles sont soumis les pays Africains afin de faciliter la mise en place de modèles de développement du secteur manufacturier qui respectent, et non contraignent, les objectifs de développement durable.

 

Etude de cas n°12L’Afrique pourrait-elle tirer profit d’une transformation de la mondialisation vers une « régionalisation »? La guerre commerciale sino-américaine est-elle le prélude à une telle  transformation? Accompagnée des évolutions technologiques cette transformation pourrait encourager un rapprochement des lieux de production et de consommation. Ce serait une chance pour l’Afrique à terme.

En cours de préparation.

 

Etude de cas n°13Niveaux de performance et coûts des opérations de passage portuaire dans les ports africains (actualisation de l’étude de cas n°4). L’analyse sera focalisée sur les aspects qualitatifs du passage portuaire et sur le diagnostic des pré et post-acheminements terrestres.

En cours de préparation.