Actualités

La croissance économique de l’Afrique devrait s’établir à 3,5 % en 2018. C’est à peu près le même taux que celui observé en 2017 et nettement plus que les 2,1 % enregistrés en 2016. À moyen terme, la croissance devrait s’accélérer pour atteindre 4 % en 2019 et 4,1 % en 2020. Le Nigeria et l’Afrique du Sud, les deux principales économies, tirent la croissance moyenne de l’Afrique vers le bas. La performance de croissance du continent reste insuffisante pour répondre aux problèmes structurels des déficits budgétaires actuels et de la vulnérabilité à l’endettement.

Trident Group Limited Company (Inde) investit en Ethiopie dans une usine de papier pour reprographie basée sur un procédé écologique consistant à utiliser des sous-produits de l'agriculture . Investissement: 100-200 M$.

Le Fonds africain de garantie, institution dédiée au financement des PME en Afrique, a bénéficié d’une augmentation de capital de 25 M€, apportée par la banque de développement allemande KfW. Grâce à cet apport, l’AGF a conclu avec succès la première levée de 90 M$ de sa campagne de financement. Le déficit de financement des PME africaines est actuellement estimé à plus de 155 milliards de dollars.

Parmi les 15 pays africains couverts par l’Observatoire, ceux qui ont reçu en 2017 les flux d'IDE les plus élevés sont, par ordre décroissant: L’Angola, l’Egypte, le Nigéria, l’Ethiopie et le Ghana (source: CNUCED)

Selon Economist Intelligence Unit, le niveau de démocratie est notoirement insuffisant dans 6 des 15 pays africains couverts par l'Observatoire. Au cours de la période 2014-2018, il s'est amélioré au Bénin, en Côte d'Ivoire, en Egypte, au Ghana, au Maroc, au Nigéria et en Tunisie. A contrario, la situation s'est nettement dégradée en Afrique du sud, en Algérie et en Ethiopie. La Chine et le Vietnam affichent des scores inférieurs aux 15 pays africains couverts par l'Observatoire. L'Inde, la Pologne et la Serbie sont en fort recul.

Un nouvel article à lire sur le blog de Christian Delavelle, intitulé: "Dans de nombreux pays africains, les coûts invisibles constituent plus que jamais un obstacle aux investissements privés".

Isuzu Motors va ouvrir une usine d’assemblage de véhicules en Ethiopie. L’usine devrait être opérationnelle au cours des deux prochaines années. Spécialisé essentiellement dans la production de véhicules utilitaires 4×4 et de camions de poids léger, Isuzu Motors vend en moyenne 3 000 véhicules par an en Ethiopie, essentiellement des camions de type NPR et FSR.

En Algérie, Ford projette de construire une usine d'assemblage à Relizane (300 km à l'Ouest d'Alger). Prévisions : 30 000 véhicules assemblés la première année, 150 000 unités par an à partir de la deuxième année. Modèles produits: Fiesta, Ka, Kuga 4X4, Ranger Pick-up, Transit et Everst.

Dans sa dernière étude sur « les flux de capitaux et l’avenir de l’emploi » en Afrique subsaharienne, le FMI indique que 20 millions de créations nettes d’emplois par an seront nécessaires sur les deux prochaines décennies pour absorber les nouveaux arrivants sur les marchés du travail. Or actuellement, seuls 10 millions d’emplois sont créés chaque année. Le FMI appelle les pouvoirs publics à soutenir les secteurs nouveaux et émergents porteurs de croissance pour développer l’activité.

Une nouvelle tannerie vient de démarrer au Kenya, dans la région du comté de Narok. Capacité: 13 tonnes de cuirs et de peaux par jour. Exploitant: Autorité de développement Sud d’Ewaso Ng’iro (ENSDA). Sources d'approvisionnement en peaux: comté de Narok, de Nakuru, Nyandarua et Kajiado.

PSA annonce son intention de porter à 200 000 véhicules / an la capacité de production de son site de Kénitra (Maroc).

L’équipementier japonais JTEKT démarre la construction de son premier site industriel en Afrique. Date prévue de mise en route: 2020. Localisation: Tanger Automotive City. Produits: Systèmes de direction assistée électrique. Clients: Usines locales PSA et Renault. Capacité annuelle: 300.000 systèmes.

Nissan a signé un accord avec le gouvernement ghanéen pour construire une usine d'assemblage automobile. Ni le lieu, ni la capacité d'assemblage ne sont connus pour l'instant.

En 2017, l'Afrique du sud reste le pays qui concentre le nombre le plus élevé d'investissements directs étrangers en Afrique (13%). Sa part relative a toutefois fortement diminuée, au profit principalement du Maroc, du Kenya, du Nigéria et de l'Ethiopie. En termes de nombres d'emplois créés, le Maroc détient la première place, avec 21% des IDE totaux du continent (source: Ernst & Young - “Turning Tides – EU attractiveness – Africa 2018").

L'indice du capital humain préparé par la Banque Mondiale vient de paraître: A l'exception de Maurice, les 14 autres  pays africains couverts par l'Observatoire ont un indice inférieur à la moyenne mondiale. La situation est particulièrement dégradée en Côte d'Ivoire et au Nigéria.

Le Sénat américain adopte la loi portant création d’une méga-agence de développement pour contrer la Chine en Afrique.

Le CARI (China Africa Research Initiative) vient de publier une analyse détaillée des conditions d'emploi, de travail et de formation dans la ZES chinoise "Eastern Industrial Zone" située à Dukem, état d'Oromia, en Ethiopie. L'étude est disponible dans son intégralité dans le menu "Actualités-Analyses" --> "ZES"

Selon le dernier rapport de la Coface, la France a perdu son statut de premier fournisseur européen de l’Afrique, dépassée par l’Allemagne. La part de marché de la France est passée de 11 % en 2003 à 5 % en 2017, même si les exportations en valeur et en volume ont augmenté. De son côté, la Chine est passée de 3 % en 2001 à 18 % en 2017.

"Les pays méditerranéens et africains peuvent-ils tirer profit de la présence chinoise?". Retrouvez le texte intégral du document de l'Observatoire, présenté le 27 juin sur le site d'Econostrum: https://www.econostrum.info/Les-pays-mediterraneens-et-africains-peuvent-ils-tirer-profit-de-la-presence-chinoise_a24597.html

L’IPEMED, en partenariat avec Bpifrance et IC Publications et avec le soutien de l’Observatoire Europe – Afrique 2020 et Vox Africa, a organisé le mercredi 27 Juin 2018 la troisième édition de leur cycle de « Petits Déjeuners de la Méditerranée et de l’Afrique ». L’événement s’est déroulé au siège de Bpifrance (8 boulevard Haussmann, 75009 Paris) et a porté sur le thème suivant : « Quelle contribution chinoise à l’industrialisation de la Méditerranée et de l’Afrique ? ». Il a réuni des hommes politiques, entrepreneurs, chercheurs, etc. La synthèse des débats et le "Palimpseste" distribué aux participants est disponible dans le menu "Evènements".

Lettre de l’Observatoire n°13 (Novembre/Décembre).

Tous les évènements, actualités, analyses, indicateurs clés, clignotants…….

Synthèse du Petit-Déjeuner du 27 juin sur le thème “Quelle contribution chinoise à l’industrialisation de la Méditerranée et de l’Afrique”

Selon Economist Intelligence Unit, le niveau de démocratie est notoirement insuffisant dans 6 des 15 pays africains couverts par l’Observatoire.

L’étude de cas n°7 de l’Observatoire vient de paraître: “Promouvoir le développement de pôles manufacturiers à vocation exportatrice en Afrique subsaharienne”…..Deuxième partie: “Proposition pour un nouvel outil financier incitatif”

Le blog de Christian Delavelle

L’opium (chinois) de l’Afrique…….les pays africains devraient-ils chercher un autre modèle de financement? (source: Libre Afrique)
Rejoignez l’Observatoire Europe-Afrique 2020 et participez à ses activités
Selon le “Goalkeepers Report ’18” de la Fondation Bill and Melinda Gates relatif à l’extrême pauvreté, d’ici 2050, 86 % des personnes les plus démunies devraient vivre dans les pays d’Afrique subsaharienne.

Les femmes entrepreneures : avenir du continent africain (source: Le Monde Afrique)

Très forte reprise des taux de fret maritime au cours des trois derniers mois:  Evolution des indices “Shanghaï Containerized Freight Index” et “World Container Index (Drewry)”
L’Observatoire: ses missions, ses objectifs

Adhérents:




 

Mot de passe oublié